Les sondeurs, aide ou triche ?

Les échosondeurs font souvent l’objet de fantasmes. Certains perçoivent ces appareils comme étant une véritable triche qu’on devrait interdire, d’autres les considèrent comme une simple aide pour réussir sa sortie pêche. Qui a raison ?

L’engouement envers les sondeurs

Avant de commencer le débat il peut être utile de fournir les raisons du succès des sondeurs, elles sont à mon avis multiples:

  • La difficulté à faire du poisson est un premier facteur. On pêche souvent des cours d’eau dont la densité halieutique est très moyenne et la pression de pêche très forte. Nous les pêcheurs, avons tendance à nous lancer dans une surenchère dans le matériel. On achète le dernier fil à la mode moins voyant et plus fin, le nouveau leurre dur à 20€ qui fonctionne très bien (photos des sponsorisés à l’appui), et une canne haut de gamme bien raisonnante. Quand on se rend compte qu’on n’attrape pas plus de poissons, le sondeur est finalement le dernier outil pour améliorer son ratio de captures. Avec un sondeur on achète l’espoir de pêcher seulement les postes où il y a du poisson et arrêter de pêcher les zones dépeuplées.
  • La seconde raison est certainement la curiosité. Le pêcheur seul devant une grande étendue d’eau tel un rideau occultant pêche finalement à l’aveugle, le sondeur est l’arme ultime pour voir ce qu’il y a derrière ce rideau. Avec un sondeur on peut connaitre la topographie des fonds. On peut se créer une carte bathymétrique et chercher la zone de tenue des poissons.
  • La dernière raison est un phénomène de mode provoqué par les pêcheurs sponsorisés qui publient via les réseaux sociaux leurs photos de poutres avec le sondeur en arrière plan. En liant leur réussite à la possession du sondeur ils suscitent notre envie d’utiliser nous aussi un appareil. La qualité des détections des sondeurs est également facteur d’effet « ouahou ». Quand un sponsorisé montre ses superbes captures d’écran de brochets, d’arbres couchés ou d’un ancien pont inondé la démonstration de l’efficacité est parfaite et irréfutable.

Oui c’est de la triche

Avouons-le tout de suite, un sondeur haut de gamme vous fournit une somme d’informations qui vous permettent d’attraper plus de poissons qu’un pêcheur non équipé. Les dernières technologies disponibles au grand public sont des vrais drones de reconnaissances. Avec le Side Imaging (imagerie latérale) et un bateau motorisé vous pouvez cartographier rapidement et simplement tout un plan d’eau ou une rivière et détecter rapidement les bancs de poissons. Autre technologie impressionnante, le 360 Imaging d’Humminbird, vous voyez ce qu’il se passe sous votre bateau en qualité photo temps réel sans besoin de déplacer le bateau. Encore plus bluffant la représentation 3D en temps réel des fonds (comme le StructureScan 3D de Lowrance) sur lesquels vous naviguer qui facilite d’autant plus la lecture pour les débutants.

MEGA_Imaging_2[1]
Mega Side Imaging de Humminbird, qualité (presque) photo
Avec cette technologie de détection latérale vous pouvez débusquer toutes les structures, les poissons en suspension, les fosses, mais également identifier les zones sableuses, les herbiers ou les roches.

Les sondeurs les plus puissants sont capables de créer une carte bathymétrique en temps réel, ainsi en très peu de temps vous pouvez obtenir une masse d’information sur un plan d’eau que vous ne connaissez pas et pêcher sur la zone qui vous parait la plus poissonneuse. Avec ces technologies l’avantage à posséder un sondeur est certain.

Le sondeur, un ami pas si parfait

Le premier point positif qu’on peut évoquer est la sécurité. Sur les modèles équipés de GPS vous avez une carte marine pour les zones côtières, c’est indispensable et obligatoire pour anticiper les hauts fonds et connaitre le balisage. Le sondeur indique la profondeur instantanée dans le but de prévenir un éventuel échouage et dispose d’une fonction Man OverBoard (homme à la mer) qui indique le point GPS de la personne tombée à l’eau.

Pour la pêche en elle même, croire que vous allez cartonner simplement parce que vous avez un sondeur est une simple utopie. Oui, un sondeur aide à repérer les poissons mais nous n’avons pas tous la clarté de l’eau du lac Léman. En fleuve les eaux sont plus troubles avec des matières en suspension, la sensibilité doit être baissée et la qualité des détections est donc moins bonne. Il arrive également que les détections soient polluées par des interférences (moteurs électriques ou autres causes).

2nd_transducer_interference_SI
Les interférences gâchent la lecture

Un sondeur qu’importe son prix n’est pas parfait, les fameuses zones d’ombres sont nombreuses. Ce sont des zones que vous ne voyez pas à l’écran, il y en a sur les zones pentues et les petites fosses. Vous perdez clairement de l’information et vous pouvez passer à côté d’une zone poissonneuse.

zone ombre
Zone d’ombre

Selon la technologie, les informations sont plus ou moins complètes. Un simple sondeur 2D est sympa pour pêcher en verticale et repérer des reliefs. On voit son montage dans la colonne d’eau, on peut ajuster la profondeur de nage, on voit les poissons éventuellement dans le cône de détection. Mais…vous représentez un univers 3D sur un écran 2D.. cela engendre une grosse perte d’information. Quand vous détectez un poisson vous ne savez pas s’il est devant vous, derrière ou sur un côté. De plus selon sa position dans le cône de détection la profondeur affichée n’en est pas une… c’est plutôt une distance entre le poisson et la sonde. Si on résume, un poisson détecté se situe dans une zone définie sans savoir où exactement, sa profondeur n’est pas connue précisément et quand il sort de zone de détection on ne sait pas dans quel sens il est parti.

Le dernier point est la non formation de beaucoup de possesseurs de sondeurs, nombre d’entre eux ne savent pas bien exploiter les données et interpréter ce qu’ils voient à l’écran…

Le mot de la fin

Que peut-on conclure de ce débat philosophique entre deux visions de la pêche ?

Certains voient cela comme un avantage qui dénature la pêche, ce point de vue se défend. Avec ces technologies on prend une avance sur le poisson en repérant les bancs, on se rend la pêche plus facile. Le rapport de force devient de fait… déséquilibré.

De l’autre côté, le pêcheur technologique souhaite améliorer son nombre de prises en perdant moins de temps à chercher les zones de tenue des poissons. Il peut mieux anticiper les captures et marquer les zones de structures pour y retourner.

Néanmoins, selon les technologies et  la qualité du matériel employé nous avons vu que le sondeur n’est pas un simple écran télé. Tout n’est pas parfait, certaines zones sont cachées, prospecter prend du temps et tout le monde ne maîtrise pas les réglages pour maximiser l’usage de ces appareils. On peut ajouter qu’un poisson repéré ne sera pas forcément un poisson pêché… cela se saurait 😉

Finalement les echosondeurs suivent les évolutions de notre époque où tout le monde est pressé. On a moins le temps de pêcher à cause du travail, de la famille et des autres activités personnelles. Avec l’apport de la technologie on met plus de chance de notre côté pour réussir ses sorties. Il faudra néanmoins être vigilent quant à l’avancée des technologies pour laisser un minimum de chance à nos poissons… il faut aussi savoir prendre des bredouilles pour apprécier les prises.

Et pour vous, quel est votre avis ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s