Garmin LiveScope, comment ça marche ?

C’était le bombe du début d’été, l’annonce par Garmin d’une nouvelle sonde marquant un tournant dans l’histoire du nautisme. Cette technologie nous apporte le stade ultime que peut fournir un sondeur, la vidéo temps réel haute définition du monde aquatique.
Curieux de cette imagerie totalement nouvelle pour le grand public, nous avons étudié le brevet déposé par Garmin pour vous dévoiler comment fonctionne la sonde Panoptix LiveScope.

garmin panoptix livescope sonar

Le temps réel, mode balayage mécanique ou électronique ?

Les sondes actuelles émettent un signal ultrason dans une direction fixe.
Pour obtenir une image en temps réel avec les sondes monolithiques d’aujourd’hui il faut un balayage mécanique. Cela est possible mais la technologie est limitée et chère. C’était le choix d’Humminbird 360 Imaging qui bien que novatrice à l’époque a connu un succès limité. Le 360 Imaging propose une image lente et de qualité moyenne.

humminbird 360 imaging
Humminbird 360 Imaging

 

Furuno propose également une solution temps réel avec SearchLight  et plus récemment  avec la sonde DFF3D. Le résultat obtenu est proche du  Panoptix de Garmin (PS22).

CH-250_left[1]
Furuno

Le choix technique de Garmin

La sonde Panoptix LiveScope inclue une multitude de transducteurs. Chaque transducteur inclue plusieurs céramiques piézo-électriques (dispositif électronique de conversion d’un signal électrique en son et inversement) pour émettre et recevoir de simples signaux ultrasons.

En solution alternative au mouvement de balayage mécanique, Garmin a opté pour un ensemble de transducteurs dont la direction d’émission est pilotée par la fréquence.
Chaque élément piézo-électrique au sein d’un transducteur émet sur une fréquence différente. Grâce à l’électronique, la fréquence modifie l’orientation du signal ultrason de chaque transducteur.

En variant les fréquences à chaque cycle de sondage le LiveScope effectue un balayage de la couche d’eau. Grâce à ce balayage très rapide, on obtient un rendu à l’écran quasi temps réel du monde aquatique.

 

if3p[1]
Décalage d’orientation selon la fréquence d’émission

Les transducteurs sont positionnés pour émettre des ultrasons formant un éventail de 135° de bas en haut et de 20° de côté.  La distance maximale est annoncée à 61 mètres. On obtient finalement une image avec une couverture étendue mais peu large.
Les fréquences utilisées sont comprises entre 530 kHz et 1 100 kHz.

Pour assurer la stabilité de l’image la sonde embarque une compensation électronique des mouvements du bateau (AHRS).

Pour les plus curieux voici le brevet déposé par Garmin (en anglais) :  https://patents.google.com/patent/US20180100922A1/en?q=sonar&assignee=Garmin+Ltd,Garmin+Switzerland+GmbH&language=ENGLISH&sort=new

 

Le LiveScope, dédié à la pêche

Les technologies Down Imaging et Side Imaging sont certes parfois bluffantes mais finalement plus dédiées à la prospection de spot qu’à l’action de pêche.

Pour la pêche en verticale, on peut utiliser la 2D, certes utile, mais avec comme principal défaut une perte d’information spatiale (affichage en 2D d’un univers 3D).
L’avantage du LiveScope est l’excellente résolution qui transmet des images nettes et précises ainsi que la possibilité d’orientation de la sonde  :

  • Pour les verticaliers, la sonde peut regarder vers le bas pour observer les structures, le leurre ainsi que les poissons en temps réel.
  • Pour les autres pêches le livescope forward sera utile pour pêcher le bass dans les branches, le chevesne en pleine eau… choisissez ce qu’il vous plait. L’énorme avantage est de voir en temps réel ce qui se passe devant son embarcation en toute discrétion, voilà l’énorme plus-value qu’apporte Livescope.
7EkDL6
Livescope Down vs 2D

Comment monter la sonde ?

Les solutions de montage de la sonde ne nous semblent pas optimaux à l’heure actuelle pour le LiveScope Forward.

Deux montages sont disponibles :

  • Montage directement sur le moteur électrique ou sur l’arbre du moteur électrique
    • Pour orienter la sonde il faudra tourner le moteur électrique. Cela peut être dérangeant si vous activez l’ancre électronique (spot-lock de MinnKota ou PinPoint Gps de MotorGuide) qui va bouger en permanence.
  • Montage sur le tableau arrière (recommandé seulement pour LiveScope Forward)
    • Le montage sur le tableau arrière ne parait pas optimal non plus car il nécessite de positionner le bateau dans la direction qu’on souhaite explorer, pas vraiment pratique.

Pour piloter manuellement l’orientation des solutions extérieures existent comme ce que propose l’américain Podunk Ideas. Sur youtube il traîne également des vidéos avec un montage pour kayak.

 

La sonde LiveScope est disponible chez notre partenaire pecheur.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s