Les améliorations des dernières années ont apporté au grand public des technologies toujours plus impressionnantes comme le CHIRP, l’imagerie latérale, la 3D, le temps réel à balayage. Cette course à la technologie se fait au détriment de celles déjà existantes, pour preuve, en 2021 mis à part Garmin qui avait un retard sur sa sonde haute définition, Lowrance et Humminbird ont gardé la même sonde pour leurs nouveaux modèles et se sont concentrés sur le temps réel.

Chez Echosondeurs.com, nous pensons qu’il reste des fonctionnalités à développer pour améliorer la détection, l’interprétation des sondeurs et l’expérience utilisateur. Ce post a pour vocation de proposer des nouvelles idées et ouvrir le débat, alors n’hésitez pas à le commenter et proposer d’autres améliorations.

1. Le mode primaire, à dépoussiérer

Le mode 2D doit évoluer. S’il reste incontournable dans les grandes profondeurs, dans les zones peu profondes il pourrait être repensé car concurrencé par les sondes plus spécialisées comme le live et le down imaging. La sonde traditionnelle représente un univers 3D en 1 seule dimension, 2 dimensions si le bateau avance. Les débutants sont pour la plupart perdus avec cette vue très abstraite car très imprécise car elle requiert une interprétation. Avec un angle faible (et donc une fréquence haute) on devine bien les reliefs du fond alors qu’avec un faisceau large on détecte plus de poissons… mais on ne sait pas où ils sont. Comment conjuguer le meilleur des deux mondes ?

Une première idée serait de réexploiter le fonctionnement de la très éphémère sonde à lancer Lowrance FishHunter 3D. Celle ci incluait cinq groupes de transducteurs pour fournir une indication plus précise de la localisation des poissons (Devant, derrière, à gauche, à droite ?). On obtient également une représentation plus précise des fonds en affichant les différences de relief au sein de la zone sondée, même à l’arrêt. Dès qu’un poisson est détecté on sait avec plus de précision dans quelle zone il se trouve. S’il se déplace au sein de la zone couverte on peut deviner sa trajectoire.

Exemple pris lors de nos tests du Lowrance FishHunter 3D

2. Sonder à distance avec un émetteur wifi

Les sondes sans fils Deeper et Garmin Striker Cast permettent de sonder en 2D et de cartographier. Il est assez frustrant de ne pas avoir accès aux down et side imaging à distance. L’intérêt serait de pouvoir utiliser une sonde de qualité comme la Garmin GT56UHD, Humminbird SideImaging+ ou Lowrance ActiveImaging sur un bateau amorceur par exemple. La sonde serait couplée à un émetteur Wifi et l’écran à un récepteur Wifi.

Proposition : Pouvoir associer une sonde dowscan et sidescan à un bateau amorceur.

Les pêcheurs du bord comme les carpistes n’auraient plus besoin de faire de la prospection avec une embarcation. La carte bathymétrique serait créée plus rapidement et plus précisément qu’en utilisant une des deux sondes sans fils citées précédemment.

3. Exploiter l’effet Doppler

L’effet Doppler qu’on connait tous pour son utilisation médicale ou les radars pourrait être exploité sur nos sondeurs.

Le principe du Doppler est de mesurer les variations de fréquences dû à des cibles en mouvement. Ceci implique une émission d’onde à fréquence fixe, donc impossible avec le CHIRP. Quand une cible s’éloigne la fréquence de retour diminue quand la cible se rapproche la fréquence augmente.

Propriété des ondes – Révision de cours

L’idée est de cibler les poissons en suivant leur déplacement et connaitre leur vitesse de déplacement. Cette information renseignerait le pêcheur sur l’activité des poissons, sont ils en chasse, statiques ?

4. Amélioration du 360 Imaging en Live

La sonde 360 Mega Imaging est assez impressionnante. Cette technologie est finalement comme un side imaging qui tourne sur lui-même. Cette sonde est idéale pour repérer les structures autour du bateau, son principal défaut est que l’affichage n’est pas en temps réel. On peut imaginer un LiveScope/ActiveImaging/Mega Live Imaging en mode perspective 360°.

Humminbird Mega 360 Imaging – echosondeurs.com
Publicités

5. Augmenter les interactions avec les réseaux sociaux

Partager votre écran sur un live Facebook ? Ou enregistrer une séquence et la partager en instantanée sur Youtube ? Ce sont des fonctionnalités que les sociétés n’ont pas encore pleinement exploité. A l’heure de la communication rapide et de l’interaction ces fonctionnalités semblent être un plus pour le partage de notre passion.

Facebook : un concurrent de taille pour Youtube ? - Meosis

6. Créer une mosaique d’images grâce aux down et side scan

La plupart des appareils intègrent la création de carte bathymétrique. Notre proposition est de pouvoir enregistrer des cartes basées sur les données du side scan ou down scan, en temps réel ou sur ordinateur. A défaut de visualiser les différences de reliefs, voir les images du side scan permettra de visualiser de manière plus globale les structures. Des sociétés spécialisées proposent déjà ces services, aux grandes marques de les intégrer dans leurs offres.

Cartes de la société sud africaine FishTec

7. Ok Google

Si les écrans sont actuellement tactiles ou à commande avec boutons. Il ne vous est jamais arrivé de vouloir changer de vue ou d’ajouter rapidement un waypoint alors que vous avez les mains prises en action de pêche ou êtes balloté à cause d’une mer formée ? Dans ces deux cas, on pourrait profiter de la puissance de la reconnaissance vocale actuelle pour commander l’écran. Si toutes les fonctionnalités ne seraient évidemment pas pilotable à la voix, on peut facilement imaginer commander à la voix et rapidement un MOB (homme à la mer), un changement de vue, un ajustement du contraste ou de la sensibilité.

Activer la commande vocale « Ok Google » sur Android et iOS - Fleetinfo  Experts TI | 855.836.4877

8. Side Scan compressé à distance

L’idée est de réexploiter la nouvelle fonctionnalité du Garmin Livescope « Compress Range » sur le Side Scan.

Cette fonction ne modifie pas la portée mais dégrade la qualité et la précision des zones les plus distantes pour mieux afficher ce qui se passe au plus près du bateau. Vous gagnez ainsi en détail sur la première moitié de la zone couverte tout en continuant à avoir un aperçu global sur les extrémités.

9. Replay des sessions

Deeper propose déjà cette fonctionnalité très appréciable. Elle doit être proposée sur tous les sondeurs qui peuvent enregistrer sur une carte mémoire.

Cette fonctionnalité proposerait d’enregistrer la session 2D, DI ou SI et de pouvoir rejouer sous forme de vidéo la session avec une cartographie associée pour indiquer la position géographique en simultanée. Ainsi après la session à la maison on est capable de revoir ce qu’on a peut être raté sur l’eau mais aussi de revoir et d’analyser à tête reposée certaines séquences.

Rejouter sa session avec Deeper directement sur leur site web

A noter que Garmin propose déjà cette fonctionnalité avec le logiciel HomePort. Malheureusement ce logiciel est vieux, non maintenu, buggé et donc impossible à exploiter.

10. Améliorations commerciales

Les services commerciaux peuvent également être développés. Un sondeur coute cher, très cher. Et certains pêcheurs ne s’en servent que 6 mois par an. La technologie évolue tellement rapidement qu’au bout de trois ans les mises à jour ne sont souvent plus proposées.

Les fabricants pourraient proposer une offre de location. Ainsi un possesseur de barque pourrait s’amuser avec du beau matériel pendant la meilleure saison et retourner le matériel. La saison suivante il pourrait resouscrire et obtenir un tout nouvel appareil. Cela pourrait aussi s’appliquer à une sonde haut de gamme comme la Livescope ou l’Active Target. Le pêcheur loue le matériel pour un certain temps et le retourne pour un cout bien plus abordable.

Un autre point que pourraient développer les fabricants, la reprise de votre ancien sondeur contre un bon d’achat. Nombreux sont ceux qui ont un appareil de plus de 5/6 ans et qui souhaiteraient passer sur les nouvelles technologies. Le prix de revente de ces vieux appareils sur marché de l’occasion est assez bas et le billet à sortir pour en racheter un est conséquent. Cette reprise pourrait donner un coup de pouce. Côté fabricants ce ne serait pas à perte car cela engendrerait une fidélité de la clientèle et une revalorisation de certains matériaux qui irait dans le sens de l’écologie.

Publicités

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s