Véritables moteurs commerciaux de Garmin, Humminird et Lowrance, les sondes live triomphent dans la hiérarchie des « must have » des pêcheurs de carnassiers. Leur tarif est une barrière et pourtant ils se vendent en quantité et la pénurie de composants électroniques rend l’approvisionnement parfois difficile. Pourquoi un tel engouement ? Qu’apportent cette technologie live par rapport aux sondes historiques ? Pour quels pêcheurs est-ce utile ?

Comme fonctionnent les sondes live ?

Utiliser le terme « sonde live » est quelque peu trompeur, puisque toutes les technologies historiques (2D, Down Imaging, Side Imaging) sont « live ». Elles émettent un signal sonore, qui rebondit et revient sur la sonde en quelques millisecondes. On visualise donc en direct ce que capte la sonde mais il est nécessaire de se déplacer pour dessiner le fonds, les structures et la vie aquatique. Lire notre article sur la problématique des sondes 2D.

Les nouvelles sondes live (Livescope, ActiveTarget, Mega Live) fonctionnent parfaitement à l’arrêt puisqu’elles balayent sur deux axes grâce à leurs composants électroniques. Devant un obstacle ou un banc de poissons, la vie aquatique se regarde naturellement. Les poissons bougent, on peut les compter et deviner leurs tailles. Les obstacles ne s’affichent pas aussi nettement que sur un down, side ou Mega 360 Imaging, mais suffisamment pour les identifier et les reconnaitre.

La perche, un outil indispensable

Les sondes live sont impressionnantes, mais il leur faut un allier…la perche. En 2018, à la sortie de la première Livescope LVS32, Garmin avait pensé le montage sur l’arbre d’un moteur électrique ou sur le tableau arrière. Les pêcheurs ont vite détourné l’utilisation avec une perche autonome qu’on peut diriger manuellement. Une sorte de périscope réinventé.

A la recherche des poissons, vous tournez la sonde sur 360°, vous balayez une zone immense. Quelques chiffres vertigineux pour un cas très standard, si la sonde émet jusqu’à 30m sur une profondeur de 10m, en un tour de perche vous brassez plus 28000 m3 d’eau. De quoi trouver rapidement un silure, un banc de poissons ou des obstacles..

Trois vues pour trois cas d’utilisation

Les trois principales sondes live du marché proposent les trois mêmes vues

  • La vue Forward, vers l’avant
    • Elle est utile pour une prospection discrète à distance. Utile pour observer une structure, rechercher de manière active des poissons ou voir les suivis de son leurre.
  • La vue Down, vers le bas
    • On utilisera ce mode pour la pêche en verticale. La sonde pointe vers le bas, avec l’angle très ouvert de la sonde on observe les obstacles et on voit son leurre évoluer.
  • La vue en mode paysage
    • Dans cette configuration la sonde change de sens et balaye horizontalement. Dans ce mode on cherche plus à repérer les structures que les poissons, c’est une sorte de 360 Imaging temps réel.
Vue forward de la Lowrance Active Target

Pour quels pêcheurs les sondes live sont destinées?

Si tous les pêcheurs fans de technologie trouveront un intérêt à mettre à l’eau une sonde live, les principaux intéressés sont les pêcheurs de carnassiers, en eau douce comme en mer. Un des objectifs est d’apprendre à mieux pêcher en observant les comportements des poissons.

Le pêcheur au jig se mettra en mode forward pour scruter à distance et en toute discrétion son leurre évoluer dans les branches. Idem pour le spinnerbait en powerfishing, vous pointez la sonde vers la zone de lancer et vous suivez l’avancée de votre spinner et peut être voir des poissons suiveurs mais non mordeurs. Signe qu’il faut changer de vitesse, de couleur, de forme…

Dans les parcs à huitre, souvent de bons spots, le mode forward servira à observer l’activité des bars lors d’une prospection avec un leurre souple ou un stickbait.

En verticale, l’angle très ouvert de la sonde permet de voir le leurre même s’il n’est pas directement sous le bateau ainsi que les reliefs du fond et donc d’adapter la hauteur de nage.

Le mode paysage a une destination plus large. Il intéresse ceux qui souhaitent prospecter. La population des pêcheurs concernés est par définition assez diverse. Un carpiste peut s’en servir avant une session pour repérer un nouveau spot. Un pêcheur de carnassiers pourra aussi chercher les bancs de poissons avant de repasser en mode forward.

Publicités

Les sondes live remplacent elles les sondes traditionnelles ?

Devant une question aussi catégorique, une réponse de normand s’impose. Cela dépend.

Ces sondes live sont très à l’aise sur des profondeurs limitées mais dès qu’on atteint plus de 50 mètres, la 2D malgré ses défauts reste la championne. Les technologies Down et Side Imaging sont plus précises dans la restitution graphique.

Dans les plus faibles profondeurs, la 2D devient moins utile mais elle n’est pas à jeter pour autant. En navigation, oubliez les sondes live, aucune perche ne sera capable de résister à la force exercée par la résistance de l’eau. En revanche à l’arrêt ou en dérive, le live est imbattable et se positionne comme étant la technologie reine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s